• No vielle école

    Air : Mes jeunes années (Ch. Trenet – M. Herrand)

     

    Quand j’orpinse alfeos

    À no vielle école

    Dusqu’on apperdeot

    À lire et à queompter,

    J’erveos l’noir tabléeau

    Et (cha m’fait tout drôle)

    S’pleum’ qu’on d’veot trimper

    Dins no n’inquérrier ;

    J’sins les géraniums

    R’wettiant pau ferniètes

    El ballet d’no tiêtes

    À l’récréatieon ;

    J’intinds l’harmonium

    Usé dusque l’maîte

    Nous f’seot répéter

    Pou l’proclamatieon…

     

    On dira tout ç’qu’on veut,

    I-a là ein’ séquoi d’magique :

    Te cais, in lusotant tout seu,

    Su ç’qui n’est pus qu’ein tas d’briques

    Et v’là qu’te sins, comme ein grand frisseon,

    Meonter in ti ein fleot d’émotieons…

     

    Quand j’orpasse alfeos

    D’vant no vielle école

    Dusqu’on apperdeot

    À vife et à aimer,

    J’rêf’ de voler héaut

    Vers les métropoles

    Qu’on veyeot leus neoms

    Su l’carte d’géo ;

    J’erpinse à nos jeux,

    À nos courses folles,

    À nos cabérioles

    Des jeudis joyeux ;

    J’erveos les grands yeux

    De m’n’ami’ Nicole

    Et l’or de ses croles

    Su s’tabier bleu…

                                                 Septembre 2009